skip to Main Content

Il est temps de se mouiller pour protéger nos océans !

                                                           Pourquoi et comment ?

Le 8 juin est la journée mondiale des océans. Depuis le sommet de Rio en 1992, nous célébrons la beauté et la fragilité de cet écosystème. Au XIXe siècle déjà, Charles Baudelaire avait compris la proximité entre l’homme et les océans.

« Homme libre, toujours tu chériras la mer !
La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme »

Entre Surchauffe, acidification, asphyxie, pollution, algues… C’est un reflet bien morose de l’âme humaine que nous renvoient les océans.

Le plastique est présent en quantité dans les océans et représente une menace pour la biodiversité. Photo de l’oiseau : Mathilde Ragot

En effet, ce ne sont ni plus ni moins que 8 millions de tonnes de plastiques que nous déversons chaque année dans les mers et les océans. C’est l’équivalent d’un camion poubelle qui se déverse chaque minute dans les océans. 450 ans, c’est le temps nécessaire à une bouteille en PET pour se dégrader. Ce constat est effarant et menace sérieusement la vie aquatique. Aujourd’hui, ce sont 693 espèces marines qui sont directement menacées par la pollution plastique (ocean.campus.fr). Eh oui, les débris constituent des leurres pour la faune qui les confond avec ses proies habituelles. C’est l’exemple bien connu des tortues qui confondent des sacs avec les méduses, mais les oiseaux piscivores sont également fortement impactés ! Les scientifiques estiment même à 90% le nombre d’oiseaux marins qui posséderaient du plastique dans leur estomac ! Et cela ne concerne que les macros plastiques…

Les microparticules (moins de 5 millimètres) sont, elles, encore plus nombreuses et tout autant nocives. Ils seraient en effet présents dans tous les océans (étude 5 Gyres) et pourraient avoir des conséquences pour notre santé ! Après ingestion de ces déchets par la faune océanique (plancton, poisson…). Ces micros plastiques s’accumulent dans tous les organismes marins qui se retrouvent ensuite dans nos assiettes. Ils ont été découverts chez 114 espèces aquatiques. Ces particules ont tendance à absorber les substances polluantes qui se trouvent à la surface de la mer et qui vont s’accumuler dans les espèces que nous consommons.  Les micros plastiques ont-ils des répercussions sur la santé humaine lorsque nous consommons des produits de la mer ? C’est une hypothèse qui reste à confirmer. Ils pourraient agir comme perturbateurs endocriniens, gênant ainsi la production normale du matériel génétique nécessaire à la reproduction. Ce qui pourrait engendrer des soucis lors de la formation des fœtus. Ils sont également soupçonnés d’être responsables de certains cancers.

Pêche intensive Source : Joachim Müllerchen

L’Homme est responsable de la santé des océans. La surpêche est une source de perte de biodiversité importante pour les milieux marins. C’est le cas du mérou rayé (Epinephelus striatus) aux Caraïbes qui a vu ses populations passer proche de l’extinction. Seules des réglementations très strictes ont permis de sauver l’espèce. Si la pêche est de plus en plus réglementée pour les espèces que nous pouvons retrouver sur l’étal de nos poissonniers (thon, saumon, mérou…). Ce n’est pas le cas pour les autres espèces. L’aquaculture induit également des impacts important sur les écosystèmes : l’alimentation des poissons d’élevages est en majorité issue de farine de poisson qui sont surexploités (un exemple bien connu est l’anchois péruvien).  N’oublions pas que la pêche est également responsable de la capture involontaire de certaines espèces. Ce sont les prises accessoires, ni plus ni moins que 300’000 petites baleines et dauphins, 250’000 tortues caouannes (espèce menacée) et tortues luth (espèce gravement menacée) et 300’000 oiseaux de mer qui sont ainsi tués accidentellement pas nos activités chaque année dans le monde (WWF).

Rascasse volante aux caraïbes introduite par des propriétaires d’aquarium et qui aujourd’hui cause des dommages importants dans le milieu. Source : Shutterstock.

Nous transportons également toujours plus de marchandises via le fret maritime. Ce qui favorise la prolifération d’espèces invasives. En effet, celles-ci sont généralement contenues dans les ballasts des bateaux (sous la forme d’œufs ou de juvéniles le plus souvent) qui une fois à destination purgent les ballasts, permettant ainsi à l’espèce de coloniser le milieu.  Toutefois, si celles-ci parviennent à voyager et s’introduire dans un nouvel écosystème, cela n’est pas pour autant signe d’invasion. En effet, toutes ne survivent pas dans ces écosystèmes. Une espèce est considérée comme invasive dès lors ou elle arrive à se reproduire dans le nouvel écosystème et augmenter la taille de ses populations. Si peu d’espèces en sont capables, les conséquences peuvent toutefois s’avérer désastreuses. C’est le cas par exemple de la rascasse volante (Pterois volitans) introduite dans les années 1990 en Floride et qui aujourd’hui a colonisé toutes les Caraïbes et l’Atlantique Est, du nord de l’Amérique jusqu’au nord du Brésil. Elle est aujourd’hui responsable de la perturbation importante de tout l’écosystème, car les autres espèces ne la reconnaissent pas en tant que proie, elles sont naïves face à ce nouveau venu. Ainsi la capacité de chasse de la rascasse est décuplée ce qui entraîne une diminution des populations natives et de la compétition avec les autres espèces.

La faune n’est pas la seule concernée par nos activités. En effet, les récifs de corail qui abritent un tiers des espèces marines et protègent les côtes des raz-de-marée sont aujourd’hui menacés par l’acidification des océans comme le démontrent les études scientifiques. Ce phénomène est une conséquence des rejets accrus de CO2 dans l’atmosphère, dont une partie est recyclée dans les océans. Le pH de l’eau de mer est ainsi passé de 8,2 avant la révolution industrielle à 8,1, aujourd’hui, et pourrait même atteindre 7,9 ou 7,8 d’ici la fin du siècle selon certaines études. Ce qui a pour conséquence principale d’affecter la capacité de renouvellement du plancton océanique. Les espèces qui le composent deviennent incapables de structurer leur squelette calcaire (qui se dégrade avec des pH acides) ce qui entraîne une diminution de la taille de leurs populations. Malheureusement celles-ci sont à la base de la chaîne trophique et elles contribuent à l’oxygénation des milieux. Leur disparition pourrait ainsi entraîner un appauvrissement du milieu en oxygène qui conduirait à la disparition de certaines espèces.

Illustration d’un corail en partie blanchie (partie supérieure). Photo: Aurore Wermeille

Les coraux sont également impactés par ce phénomène d’acidification, car leur structure est affaiblie par ces changements de pH. De plus, les gaz à effets de serre que nous émettons chaque année participent activement au phénomène de réchauffement climatique, ce qui a pour conséquence d’augmenter la température des mers et des océans. Or, l’élévation de 2°C ou 3°C de la température de l’eau provoque le blanchiment des coraux qui est une rupture de la symbiose entre les algues unicellulaires et les coraux. À terme, cela peut entraîner la disparition de nombreux récifs coralliens, car les coraux ne peuvent pas vivre sans cette symbiose. Les activités touristiques (plongée, snorkeling…) sont également source de dommages pour ces organismes. N’oublions pas d’admirer leur beauté sans les dégrader ! Aujourd’hui ce sont 40% des récifs coralliens dans le monde qui sont menacés (essentiellement dans l’océan indien et dans les caraïbes), tandis que 10% sont irrémédiablement perdus. Les 50% restants sont menacés à plus ou moins longue échéance par le réchauffement climatique.

Les algues ont pris possession des lieux. Source : Moment RF / Getty images.

Et ce n’est pas tout, nous continuons à utiliser des engrais qui favorisent la croissance des algues dans les milieux aquatiques. En effet, c’est le phénomène bien connu de l’eutrophisation, l’apport excessif d’azote sur nos cultures favorise la croissance des algues ; les nitrates en excès sont rejetés dans les rivières et parviennent jusqu’à la mer. Malheureusement, les algues appauvrissent le milieu en oxygène, ce qui contribue à une diminution des espèces de poissons. Les conséquences pour la biodiversité peuvent ainsi être dramatiques, car c’est toute la chaîne trophique qui est ainsi perturbée.

Cependant, nous pouvons toujours agir en « Homme libre ». Libre de choisir des produits venant de la pêche responsable ou de l’agriculture biologique. Libre d’acheter localement pour réduire le flux de porte-conteneurs sur les grands axes marins et limites l’invasion des espèces. Libre de respecter l’origine des espèces et de les laisser vivre dans leur milieu natif. Libre de limiter notre usage de plastique et de réduire nos émissions de gaz à effets de serres pour limiter la pollution et les conséquences pour la biodiversité. Libre de prendre soin de notre planète et de la préserver tout simplement !

Alors, prenons les choses en main ! Chaque initiative compte et participera à la sauvegarde de ce merveilleux écosystème. Il est temps d’agir…

Redevenons libre de contempler la pureté et la beauté de notre « âme » sans nous soucier de son avenir incertain.

La grande barrière de corail située dans l’océan Pacifique près de la côte australienne. Source : WWF

NOM DE LA SOCIETE
Sayari –Sayari dont le siège social est situé 6 rue Carnot, 78212 Saint-Germain en Laye, France. 

RESPONSABLE DE LA PUBLICATION
Responsable Editorial :  Mme Anne-Claire Asselin
Responsable de la protection des données : Mme Anne-Claire Asselin

NOM ET ADRESSE DE L’HÉBERGEUR
Conformément à la loi n°2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, nous vous informons que le site internet «marine-biodiversity-footprint.com/» est la propriété de Sayari.
Le site internet «https://marine-biodiversity-footprint.com/» a été conçu par la société ideephare.
Le site internet «marine-biodiversity-footprint.com» est hébergé sur les matériels informatiques de la société IONOS dont le siège social est : 7 place de la gare – 57200 SARREGUEMINES

DÉCHARGE DE RESPONSABILITÉ
Le site «Sayari.co» est régi par le droit français; les visiteurs ayant accès au site de l’étranger, doivent s’assurer du respect des lois localement applicables.

Mme Anne-Claire Asselin n’est tenu que d’une simple obligation de moyens concernant les informations qu’elle met à disposition des personnes qui accèdent à son site web «www.marine-biodiversity-footprint.com»

Alors même que nous avons effectué toutes les démarches pour nous assurer de la fiabilité des informations contenues sur ce site web, Mme Anne-Claire Asselin ne peut encourir aucune responsabilité du fait d’erreurs, d’omissions, ou pour les résultats qui pourraient être obtenus par l’usage de ces informations. Notamment, l’usage de liens hypertextes peut conduire votre consultation de notre site vers d’autres serveurs pour prendre connaissance de l’information recherchée, serveurs sur lesquels Sayari n’a aucun contrôle. Le site web de Sayari est normalement accessible 24h/24h et 7 jours/7. En cas de force majeure, de difficultés informatiques, de difficultés liées à la structure des réseaux de télécommunications ou difficultés techniques, pour des raisons de maintenance, sans que cette liste ne soit exhaustive, l’accès à tout ou partie du site pourra être suspendue ou supprimé sur simple décision de Sayari. Pour des raisons de maintenance, et/ou pour toute autre décision de la société Sayari, l’accès au site Internet pourra être interrompu. Le site Internet est susceptible de modifications et d’évolutions sans notification d’aucune sorte.

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE
Ce site relève de la législation sur les droits d’auteur et les droits de propriété littéraire et artistique. Tous les droits de propriété intellectuelle, notamment les droits de marque, les droits d’auteur, les textes, les illustrations, photos ou logos sont la propriété de Sayari. Les éléments de ce site ne peuvent être utilisés, modifiés altérés ou reproduits totalement ou partiellement ou encore faire l’objet d’une quelconque exploitation. Les reproductions, sur support papier ou informatique de tout ou partie du site, sont autorisées sous réserve qu’elles soient strictement réservées à un usage personnel, excluant tout usage à des fins publicitaires et/ou commerciales, et qu’elles soient conformes aux dispositions de l’article L122-5 du Code de la Propriété Intellectuelle et qu’aucun des avertissements concernant la propriété du site et de ces éléments ne soit effacé. A l’exception des dispositions ci-dessus, toute reproduction, représentation, utilisation ou modification, par quelque procédé que ce soit et sur quelque support que ce soit, de tout ou partie des pages du site, sans avoir obtenu l’autorisation préalable de Sayari est strictement interdite.

Vous vous interdirez également d’introduire des données sur le site web «https://marine-biodiversity-footprint.com/» qui modifieraient ou qui seraient susceptibles de modifier le contenu ou l’apparence des données, de la présentation ou de l’organisation du site ou des œuvres figurant sur le site web de TRANSITION et par quelques procédés que ce soit.

DONNÉES PERSONNELLES
Sayari collecte des informations provenant des visiteurs du site web «www.marine-biodiversity-footprint.com» au moyen de questionnaires figurant sur le site Internet. Ces informations permettent de répondre à vos demandes d’informations. Elles ne sont pas stockées dans des fichiers informatiques, ni vendues, ni échangées.

Les informations personnelles qui sont ainsi collectées se limitent à celles qui sont nécessaires pour vous contacter (nom prénom, e-mail, société, téléphone, adresse, code postal ville, pays). Elles ne sont pas conservées dans le cadre de ce formulaire.

Conformément aux dispositions des articles 38 et suivants de la loi 78-17 du 6 janvier 1978, et au RGPD (Règlement de la Protection des Données Personnelles) règlement 2016/679 du 27 avril 2016, vous disposez à tout moment d’un droit d’accès, de communication, de rectification, d’actualisation et de suppression des données personnelles vous concernant. Pour exercer l’un de ces droits, vous pouvez adresser une demande par courrier à l’adresse suivante :
Sayari  – Mme Anne Claire Asselin – 6 rue Carnot – 78112 Saint-Germain en Laye, France
ou par courriel à l’adresse : contact@marine-biodiversity-footprint.com

COOKIES
Ce site utilise des cookies qui ne permettent pas de vous identifier personnellement (nom-adresse). Les cookies sont des fichiers informatiques qui sont installés sur votre ordinateur via votre navigateur et qui contiennent des informations sur votre navigation lorsque vous visitez les pages du site.

Ces cookies peuvent être permanents ou propres à une session. Nous utilisons des cookies à des fins de suivi et de statistiques pour comprendre vos attentes et l’intérêt que vous portez à nos produits. Ils nous permettent aussi d’améliorer le fonctionnement et les performances de navigation sur notre site.

Le paramétrage de votre navigateur Internet permet de vous informer de la présence de cookies et de bloquer ces cookies. Vous pouvez consulter les cookies avec la plupart des éditeurs de texte ou des programmes de traitement de texte. La liste ci-après vous explique comment afficher les cookies dans différents navigateurs. Si vous utilisez un navigateur différent, consultez les informations sur les cookies propres à ce navigateur. Si vous utilisez un téléphone portable, reportez-vous à son mode d’emploi pour obtenir plus d’informations.

•Firefox : https://support.mozilla.org/cookies
•• Chrome :https://support.google.com/cookies
•• Internet Explorer 8-11: https://windows.microsoft.com/explorer/cookies
•• Microsoft Edge : https://www.privacy.microsoft/edge
•• Opera : http://www.opera.com/help

La désactivation des cookies peut avoir pour conséquence de limiter votre accès à tout ou partie du site ou d’autres sites.

Ce site utilise Google Analytics, qui nous permet de déterminer quelles pages sont les plus regardées par les internautes et d’améliorer notre contenu ainsi que de compter le nombre de visiteurs et analyser la manière dont les internautes naviguent au sein de ce site. Google Analytics est un service d’analyse de sites internet proposé par Google Inc. Les données générées par les cookies concernant votre utilisation du site (y compris votre adresse IP). Google ne recoupera pas votre adresse IP avec toute autre donnée détenue par Google. Pour plus d’information sur Google Analytics :
https://support.google.com/analytics et https://www.google.fr/intl/fr/policies/privacy/.

Notez par ailleurs que nous avons installé sur notre site une version « anonymisée » de Google analytics qui ne permet pas à Google de garder des données qui pourraient être qualifiées de personnelles.

Vous pouvez désactiver l’utilisation de cookies en sélectionnant les paramètres appropriés de votre navigateur. Cependant, une telle désactivation pourrait empêcher l’utilisation de certaines fonctionnalités de ce site.

Ce site est susceptible de donner accès ou d’intégrer des vidéos, photos et musiques provenant de sites tels que YouTube. En visitant une page qui contient des contenus intégrés de l’un de ces sites, des cookies provenant de ces sites peuvent être déposés sur votre navigateur ou le disque dur de votre ordinateur. Pour plus d’information sur YouTube, vous pouvez consulter https://support.google.com/youtube/answer/171780. Vous pouvez désactiver l’utilisation de cookies en sélectionnant les paramètres appropriés de votre navigateur. Cependant, une telle désactivation pourrait empêcher l’utilisation de certaines fonctionnalités de ce site.

DROIT APPLICABLE
Les présentes mentions et conditions sont soumises au droit de Sayari. En cas de litige quant à leur interprétation, application ou exécution, les tribunaux français seront seuls compétents.

MENTIONS COOKIES
En utilisant ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies anonymes à des fins de mesures statistiques de l’audience – Voir ci-dessus paragraphe “Cookies”.

Back To Top